le pilori

Archive for the ‘Humeur’ Category

Et je déteste ça !
Le nez qui coule comme une fontaine, et en même temps qui est bouché, la gorge qui grattouille, les yeux qui piquent, mal derrière la tête, de la fièvre, des frissons de partout, chaud et froid : la grippe quoi !

Vite ! Une bonne tasse de drogue au citron !

Me voici, enfin mon avatar dans le monde magique des Simpson.

here I am

Merci à Vinvin pour avoir parlé de ce site très jouissif à explorer.

Mais comment est-ce possible ? Est-ce possible d’ailleurs ? Je le regarde bien attentivement, le type, et je fronce les sourcils avec la ferme intention de pousser ainsi mon cerveau (ce gens foutre) à rassembler un instant ce qui lui reste de neurones pour donner un sens, un nom, à ce que je vois de mes yeux.

La question est : comment ce type fait-il pour sortir de ses trous de nez des Mickeys pareils ?

La réponse de mon cerveau est : « Eh ! On dirait des travers de porc !?! »

Parfois, je me sens étrangement lourd, et seul aussi.

Il se trouve, cher maître, que nous avons une connaissance en commun. Aussi, comment ne pas penser à vous. A ce gâchis. La vue sur le périph depuis la porte de Montreuil est-elle si différente de celle d’une chambre de l’hôpital Européen Georges Pompidou, près de la porte de Versailles ? Comment échapper à son destin ? Que c’est con l’existence ! Deux balles dans le buffet, comme un vulgaire truand. Pas mieux. Vous voici donc ramené au cliché, si loin du boulevard Raspail, si loin du cabinet feutré d’un célèbre avocat. Ci loin de vous-même, si près de cette gueule de méchant au regard trouble qu’on croirait tout droit sorti d’un film noir des années 50.

Maître jarim Achoui.

Qu’allez-vous faire de cette vie qui s’ouvre à vous ? Vous avez eu la chance, comme moi, comme bien d’autres (on est pas seuls, merde) de mourir une fois, presque pour de bon, et de vivre encore un peu.

Alors ? Ca fait quoi ? C’est comment l’air qui emplit une fois encore ses poumons ? C’est comment la lumière, le visage de l’infirmière, les bruits du couloir, les rires des aides-soignantes le matin ?

Vous n’avez jamais été aussi libre. Croyez-moi. La mort, à tout moment peut revenir vous chercher, en scooter ou même à pieds. Comme tout le monde ici bas. La liberté à ceci de terrible, que cette fois vous savez. Vous savez que tout repose sur vous, que cela ne tient qu’à vous. Que cela n’a qu’un temps, de toute façon.

Alors bonne chance pour cette nouvelle journée, Cher Maître.

Le mur est là, il est comme ça. Comme je l’ai voulu. Exactement.

Bibliothèque murale personnelle

Il y a, dedans mon mur, du bordel et des livres (pleins) que je n’ai pas encore lu. D’autres (quelques uns) que j’ai déjà lu. Il y a des rayons, exactement comme dans une librairie. Il y a d’abord le rayon Littérature américaine, Mon rayon ; le préféré – comme il y a le fils préféré. Dedans, bizarrement on trouve même quelques français qui écrivent un peu comme des ricains : JP Dubois, Djian, Ravalec, Annie Saumont (je sais, il y en a pleins qui doivent se gausser devant leurs ordis, je les laisse faire, moi je me comprends…). Il y a aussi le rayon Littérature Française, l’étagère Médecine douce, Développement Personnel, Psy, le rayon Informatique et aussi le coin Essais, Photos, Voyages, Architecture et Décoration, Histoire, le rayon Littérature Hispanique. Tout en bas, on trouve quelques livres pour enfants dans le rayon Enfants, notamment l’excellent Claude Ponti, et le non moins formidable Philippe Corentin. Je conserve aussi les livres que j’ai détesté et aussi ceux qu’on m’a offert et que je sais que je ne lirais jamais. Je les garde, oui. Je les aime aussi. Evidemment ce classement n’est qu’apparent, car mon mur, forcément, est toujours en bordel. Bientôt, promis, juré, j’y mettrais de l’ordre.

Sinon, sur mon mur, on trouve aussi des photos de mes enfants, de ma concubine, et même de Moi. Si. Il y a également un Buddha en bois, un authentique chapeau Cubain, des masque magnifiques provenant du Film Ridicule de Patrice Lecomte. Il y a encore quelques chèques pas encore encaissés, des clefs, un iPod, et aussi de la poussière.

Y a pas à dire, je l’aime mon mur…

Je pars en week-end ce soir. Franchement, je suis pas beau avec mon joli costume ?

Etoile volante…

Il pleut sur Paris ce matin. Il pleut fort. Ca fait du bruit, le ciel est noir : j’adore.

La pluie…


Le mot du directeur

La direction vous souhaite la bienvenue dans son établissement de divertissements.

La direction décline toute responsabilité quand aux sentiments que la lecture de ces lignes pourrait occasionner.

La direction ne pourra en aucun en être tenue pour responsable.

La direction exprime son point de vue au travers de ces "articles" exclusivement.

La direction vous garantit une liberté absolue dans vos commentaires : cet espace là vous appartient entièrement.

LE DIRECTEUR


Articles les plus consultés

Archives Locales

Blog Stats

  • 57,135 hits