le pilori

Archive for the ‘Santé’ Category

Depuis un certain temps déjà, on sait que l’usage des pesticides augmente le risque de développer la maladie de Parkinson.

Une étude récente publiée par des chercheurs de l’université de Bordeaux vient de démontrer que l’utilisation régulière de pesticides augmente de manière significative le risque de développer un cancer du cerveau. Madame (et Monsieur aussi), si vous utilisez du Roundup ou tout autre pesticide sur vos plantes d’intérieur, ce risque peut atteindre + 200% !

A noter qu’une personne qui n’en a jamais utilisé, voit le risque passer à – 29% par rapport à une personne exposée « normalement » à ces composés chimiques.

« Maman ? Si tu pouvais virer tous les pots de confitures de l’appentis au fond du jardin, celui avec le toit en ferrociment (amiante) et où tu entreposes ta sulfateuse (estampillée Rhone-Poulenc), tous tes petits bidons verts (Algoflash ?), tes paquets divers et variés (Roundup, fertilisant), tous ces Antis aux noms de barbares scandinaves :anti-fourmis, anti-moustiques, anti-tout ce qui est vivant dans ton jardin, autre que toi (quoique ?), ce serait bien gentil. D’avance, merci »

P.S. : On vient le week-end prochain, comme convenu au téléphone.

Publicités

Hôpital !

13h00 : EFR (exploration fonctionnelle respiratoire)

14h00 : échographie cardiaque

15h00 : radio des poumons

15h30 : consultation de pneumologie

Franchement j’adore mon deuxième chez moi :
Hmmm ! Cette bonne odeur d’hôpital, ces « Junkies » qui déambulent en pyjamas improbables et en chaussons avec leur dose plantée dans le bras et leurs cheveux dans la poche. Les plus fainéants se font pousser par un antillais toujours accompagné d’un pote avec qui il refait le monde toute la journée. Ils sont particulièrement nuls en refaisage de monde les antillais. Je dis ça au vu du temps qu’ils y passent et au vu de l’état de la planète.

Je commence toujours ma journée par un rapide arrêt au kiosque à journaux.
Oui, c’est un peu comme une gare un grand hôpital comme Saint-Louis, sauf que, évidemment, on ne sait jamais très bien quand on va partir :

– Vous attendez depuis longtemps ?

– Deux ans.

– C’est long.

– Comme vous dites.

Enfin je dis ça, c’est un peu facile pour moi, je ne fais plus partie des types en danger. Aussi, je peut mater négligemment les petites infirmières et les nouvelles internes qui se baladent pour se faire draguer avant d’aller à mes petits rendez-vous.

Comme toujours, je vais beaucoup me faire chier.
Je vais lire, je vais taper le « concours de maladie » avec des mourants. Ce qui est amusant, c’est d’essayer de deviner qui est le plus fichu parmi nous. C’est un jeu difficile. Il y a toujours un pauvre allergique flanqué de sa femme ou de sa fille pour vous regarder avec son air de chien battu, au bout du rouleau, prompt à se plaindre : « tu vois là, ben j’peux plus parler, j’peux plus… », il y a aussi des types au costard noir élégant à qui on vient de diagnostiquer un cancer du poumon et qui téléphone à un pote pour tailler la bavette l’air de rien. Il y a ceux qui ont trouvé dans leurs petits soucis une façon d’exister à bon compte, il y a les inquiets, les paniqueurs, il a les branleurs, les je m’enfoutistes : « Ben il est où Mr Bidule ? » « Il est est à la cafète ! »

Par ici la sortie, petit bonhomme !

Et puis il y a les infirmières et les aides-soignantes et leurs promesses de parties de jambes en l’air sur des plumards hydrauliques.

Je sais que cela peut paraître bizarre, mais si je me suis formé pendant deux ans à la réflexologie, c’est pour un jour, qui sait, pouvoir travailler dans un hôsto de ce genre. Drôle de théâtre en vérité. Saint-Louis est un concentré d’urgence de vie. Ce qui s’y passe est puissant et vivifiant. C’est un lieu de vérités qui se disent, d’adieux, de pleurs, de joies, de vie ; un vrai quai de gare je vous dis.

On ne se sent jamais plus vivant que là, au milieu de la vérité la plus crue.

« Merde ! J’suis être en retard ! »

Exposition “respirer mieux demain” parvis de l’hôtel de ville de Paris 31/05/07 au 02/06/07

L’exposition aux pesticides augmenterait le risque de maladie de Parkinson. Jusqu’à 39% en cas d’exposition à des taux élevés, 9% pour une exposition à des taux faibles de pesticides !

Mais rafraîchissez-ma mémoire vacillante, la France n’est-elle pas le pays qui consomme le plus de Roundup* en Europe ?

P.S. : Roundup est un pesticide pour jardin vendu comme inoffensif, mais déjà épinglé pour favoriser un tas de maladies !

Autre réjouissance pour ce petit week-end, saviez-vous que le nombre de cancers avait augmenté de 35% depuis 1978 selon l’Institut de Veille Sanitaire.

La raison unanimement avancée : nous vivons dans un environnement composé de plus en plus en plus en plus en plus de molécules chimiques. Certaines maladies ont ainsi explosées : +354% pour certaines formes de cancer.

Bonne journée !


Changement-climatique.fr

Recommandé par des Influenceurs

Un truc qui m’étonne toujours quand je me promène sur les blogs écolos, c’est de voir comment ils appliquent à la lettre le modèle qu’ils prétendent rejeter : ils sont (presque) tous HYPERCONSOMMATEURS !

Ils hyperconsomment le tout nouveau livre psy à la mode…

Ils hyperconsomment le tout nouveau complément alimentaire…

Ils hyperconsomment la toute nouvelle théorie sur l’éducation des enfants…

Ils hyperconsomment la toute nouvelle technique de médecine douce (merci merci !)…

Ils hyperconsomment la toute nouvelle boisson naturelle…

Et comme ils hyperconsomment tout ça en même temps, cela amplifie d’autant leur hyperconsommation !

La vie s’égrène, ou plutôt, elle fuit.
Goutte après goutte, elle s’échappe d’un robinet au joint douteux. Et aucun plombier, jamais, ne peut rien pour vous : trop de rendez-vous, pas le temps, débordé.

Une nuit, je me suis aperçu que la petite musique s’était interrompue. Plus aucune goutte ne s’échappait. Depuis quand ? J’ai souri en fixant machinalement mon image dans le miroir de la salle de bain. Mais c’était juste assourdissant ce silence tout à coup.

C’est à peu près à ce moment là que j’ai commencé à entendre mon coeur battre (frapper serait plus juste) dans ma poitrine. Je regrettais presque les gouttes de mon robinet. J’entendais ce fichu coeur de plus en plus souvent. Qui battait vite, de plus en plus vite, et de plus en plus fort, au point de m’empêcher de dormir à force de résonner à l’intérieur de mon fichu moi. Insupportable et angoissant.

Ce fameux matin, ma chérie m’a dit : « Ou bien tu passes l’aspirateur, où tu vas aux urgences ! » J’ai passé l’aspirateur consciencieusement, ne négligeant aucun recoin, débarrassant la poussière amoncelée, effaçant mes traces, puis sans rien dire, blanc comme un linge, sur un filet d’air qui me restait encore, je me suis traîné jusqu’aux urgences. Ils ont fait des radios, ils ont dit : « ça va aller » Puis ils ont dit : « Monsieur, je crois qu’on va vous gardez chez nous un petit peu. »

Ma tête, tout doucement est retombée sur le skaï froid de la table d’auscultation, j’ai fixé les néons blancs accrochés au plafond. Une larme a glissé, mécaniquement. J’ai pensé à la table de la morgue, j’ai cligné les yeux pour faire disparaître cette image. J’étais prêt. Je le savais. Depuis toujours je savais ce qui m’attendait. Je n’attendais même que cela : mourir vite.

Derrière les écrans de télé Florence Aubenas était prisonnière. Ca faisait bizarre. J’ai tenu le standard de Libé le soir pendant trois ans, je la connaissais. Pas très bien, mais elle m’était sympathique. Nous étions là, elle et moi, à nous regarder, elle assise auprès de ces tortionnaires, moi allongé, avec mes médecins omniscients qui me regardaient avec circonspection : SRAS, Sida, maladie mutante non identifiée ?

Ma mère n’est jamais venue me voir à Saint-Louis : « Tu comprends, Guy n’aime pas rouler dans Paris. Et puis c’est difficile de se garer »

Je remercie la maladie pour son aide précieuse. Sans elle, évidemment, je serais mort aujourd’hui. Mort de chagrin, d’effroi, de peur, de stagnation. Mort sans avoir compris. Comme l’autre (il se reconnaîtra).

Le Syndrome de Churg & Strauss est une maladie auto-immune qui touche une personne sur un million. Autant dire que j’ai de la chance. Elle peut vous tuer très rapidement, si vous en décidez ainsi, elle peut aussi se montrer gentille avec vous, si vous en décidez ainsi.

Aujourd’hui le robinet fuit à nouveau. A son petit rythme précieux. Je le regarde faire avec quiétude. Ma vie est différente, j’ai changé beaucoup de choses : tout. J’ai même accepter d’apprendre, pour une fois. Je ne compte plus les gouttes, simplement avec elles je vais et… Et je… goûte ?

Ben, pourquoi je parle de ça aujourd’hui, moi ? Je sais. L’aspirateur : il faut que je passe l’aspirateur. Il y a un bordel ici.

 

P.S. : A ceux que cela intéresse, les maladie auto-immunes sont dues à une hyper sensibilité du système immunitaire. Autrement dit, votre corps considère certaines de vos cellules comme étrangères à lui-même et il tente, avec beaucoup de persévérance et d’efficacité, de les tuer.

Oui, votre corps cherche à vous tuer…

Ce petit film d’un ex chercheur dissident de l’INRA s’exprimant sur l’appauvrissement biologique des terres cultivées me parait intéressant. Si quelqu’un passant par ici à un avis divergeant, je l’invite à laisser un commentaire.

Le lait Ribot c’est beau la vie, pour les grands et les petits !
Pour ceux qui ne le savent pas, la véritable intolérence au lait est très très rare. 9,9 fois sur 10, le lactose du lait est en cause. Le lait Ribot (Le laid Riz Beau) ne contient pas de lactose, il se digère donc parfaitement. Son usage est donc à recommander pour subvenir aux besoins importants en calcium des enfants.

Pour les adultes, le lait Ribot (mais aussi la banane bien mure, les deux ensemble c’est encore plus mieux !) permet de reconstituer la flore intestinale très rapidement.

La flore intestinale est la première barrière de défenses immunitaires de l’organisme.
Il est donc très important de l’entretenir.

Si vous faites caca tous les jours, des merdes bien formées, épaisses et non odorantes, si vous ne pétaradez pas dans votre pantalon toutes les dix minutes, il y a de grandes chances pour que votre flore intestinale soit en parfait état. Sinon : Lait Ribot deux fois par jour.

C’est sans doute le produit laitier fermenté le plus stable et le plus facile à fabriquer chez soi. Donc autant se faire plaisir à le fabriquer.

Le lait Ribot

La recette du Lait Ribot
200 ml de lait fermenté, (ribot ou battu) acheté (pour la 1ère fois) dans le commerce (il servira de starter)
800 ml de lait de vache ou de chèvre frais écrémé.

Le seul impératif, pour la première fois, est d’avoir du lait fermenté déjà fabriqué afin d’avoir un starter.
Comme nous l’avons vu plus haut, le lait fermenté se conserve pendant des semaines au frigo mais ne pas le conserver plus de 3 semaines si on veut l’utiliser à nouveau comme starter.

Les étapes :
1) placer 200 ml de lait fermenté dans un flacon d’1 litre.
2) Remplir de lait frais écrémé.
3) Fermer hermétiquement et agiter le mélange. Etiqueter pour « tracer » la date.
4) Laisser au repos dans une partie chaude de la cuisine jusqu’à coagulation. Celle-ci doit être obtenue en 24 h. (si le temps est supérieur à 36 h c’est que le starter était inactif et le lait fermenté peut ne pas être fameux.)
Laisser encore 24 h en température ambiante. Les bactéries travaillent le lait, l’acide lactique produit opérant sur les protéines du lait et les coagulant.
5) Après ce laps de temps, le lait fermenté épaissi enduit le verre quand on le penche puis le redresse.
6) Le réfrigérer. Il épaissira encore un peu. Il se garde aisément au frigo. (cf. ci-dessus)
7) Il peut être congelé jusqu’à 3 mois. Il tend alors à se séparer. Dans ce cas, le laisser dégeler au réfrigérateur et l’agiter pour remélanger le lactosérum au caillé, à moins qu’on veuille justement les séparer.

(source : j’ai trouvé cette recette sur un forum, mais je ne sais plus où. Merci à l’auteur Inconnu,
qui j’espère ne m’en voudra de porter « la bonne parole »)


Le mot du directeur

La direction vous souhaite la bienvenue dans son établissement de divertissements.

La direction décline toute responsabilité quand aux sentiments que la lecture de ces lignes pourrait occasionner.

La direction ne pourra en aucun en être tenue pour responsable.

La direction exprime son point de vue au travers de ces "articles" exclusivement.

La direction vous garantit une liberté absolue dans vos commentaires : cet espace là vous appartient entièrement.

LE DIRECTEUR


Articles les plus consultés

Archives Locales

Blog Stats

  • 57,187 hits